une valise dans la tête

15,00


une valise dans la tête
une valise dans la tête
Verso

Deux voix s’appellent, se cherchent, se répondent. Lui raconte l’exil, le travail, les humiliations. Vieux travailleur maghrébin à la retraite, il est tous ces hommes au corps usé qui font encore la traversée, d’une rive à l’autre de la Méditerranée, pour rester utile, pour rester debout. « Ses mains ne travaillent plus la France. »

Publié en 2019
ISBN : 9782367951355 Catégories : ,

Description

Deux voix s’appellent, se cherchent, se répondent. Lui raconte l’exil, le travail, les humiliations. Vieux travailleur maghrébin à la retraite, il est tous ces hommes au corps usé qui font encore la traversée, d’une rive à l’autre de la Méditerranée, pour rester utile, pour rester debout. « Ses mains ne travaillent plus la France. » Il arrive à la fin de sa vie et se demande à quel endroit il doit se faire enterrer : ici ou là-bas?

Elle, elle est toutes ces filles françaises d’origine maghrébine, qui ont grandi avec le silence des parents qui n’ont rien raconté de cet exil qui n’est pas le leur. Elle dit pourtant qu’il est tatoué sous sa peau. Elle raconte l’enfance, les silences et le manque. Il comble un peu l’absence, elle propose une réponse sur le dernier lieu.

D’une très grande sensibilité l’auteure dont le métier est d’être clown avec pour nom « Virgule » a une devise : « Le clown vient sur Terre pour nous donner de nos nouvelles ». Elle découvre l’Algérie à 50 ans, après la disparition de ses parents. La nécessité de tirer les fils de leur histoire a donné ce texte qui nous touche au plus profond de notre être.

Feuilletez les premières pages

Écoutez la lecture musicale d’un extrait

120 pages 

Détails du livre

Poids0.3 kg
Dimensions0.83 × 14.3 × 21 cm
Public

Ados, Adultes, Seniors

Auteur(e)

Rabia,

Editeur

Éditions Chèvre-feuille étoilée

Avis

1 avis pour une valise dans la tête

  1. mano

    de PATRICIA SANAOUI sur Babelio : “Je remercie Babelio, Masse Critique et les Editions chèvre-feuille étoilée pour cette découverte.
    Ce livre n’est pas un roman, ni un récit mais un dialogue imaginaire, très poétique, entre une fille et son père.
    Le père a quitté la Kabylie pour participer à la reconstruction de la France. Il n’en a jamais eu la moindre reconnaissance.
    La fille est née en France, n’a jamais vécu dans le pays de ses parents. Elle se sent tiraillée entre les deux rives de la Méditerranée : la langue maternelle qu’elle ne connaît presque plus, la pudeur, tous les non dits des parents soumis aux silences imposés par la culture dans laquelle ils ont été élevés, même si ce silence est plus que douloureux.
    » funambule
    sur un fil tendu
    entre mes origines maghrébines
    et mon pays que je nomme en secret
    la France
    ma langue maternelle
    la chair intime et tendre du langage
    que j’écoute désormais
    comme un texte inédit »
    La valise dans la tête, c’est celle que le père a gardé dans la sienne : c’est l’espoir de se dire qu’un jour il y aura un retour, que cet exil n’est pas définitif ; même si les années passant il se rend compte qu’il est un étranger des deux côtés de la Méditerranée et que bientôt se posera la question : faut-il reposer dans le pays de ses enfants ou dans celui de ses ancêtres ?
    Ce recueil poétique m’a touchée par la force des mots. Tout est exprimé de façon concise et percutante.”

Ajouter votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *