Un toit pour vivre

Promo !

3,00


Un toit pour vivre
Un toit pour vivre
Verso

Un livre qui met en espace des paroles de personnes mal logées, un parti pris graphique pour rendre audibles des mots difficiles à entendre.

Publié en 2015
ISBN : 9782367950952 Catégorie :

Description

Les mots s’empilent comme des blocs, dressent page à page un mur de paroles vibrantes et bouleversantes, s’élancent en arabesques comme une danse pour conjurer l’impossible quotidien, et, pour finir, bâtissent phrase à phrase la maison rêvée.
Celle que chacun et chacune est en droit d’espérer pour y bâtir sa vie.
Un livre qui met en espace des paroles de personnes mal logées, un parti pris graphique pour rendre audibles des mots difficiles à entendre.

Feuilletez les premières pages.

Lire les critiques sur Babelio

« Être mal logé, c’est comme quelqu’un qui tomberait dans une grotte. S’il a envie de crier, faut déjà qu’on l’entende.
« Pour laisser un peu d’espace à mes enfants, je sors marcher dans la rue tous les soirs jusqu’à minuit. »
« On doit rire de la situation, sinon l’on ne s’en sort pas?»

60 pages 

Détails du livre

Poids0.25 kg
Dimensions0.6 × 14.5 × 21 cm
Public

Ados, Adultes, Seniors

Auteur(e)

Collectif Logement Paris 14

Editeur

Éditions Chèvre-feuille étoilée

Avis

Avis

Il n'y a pas d'avis pour le moment.

Votre avis sur : Un toit pour vivre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revue éditoriale

https://www.babelio.com/livres/Collectif-Logement-Paris-14-Un-toit-pour-vivre/768363?

Un petit livre, mais une grande densité de témoignages et d'émotions. Les textes disent la précarité du mal-logement et les illustrations sont riches de trouvailles, comme les mots qui bâtissent petit à petit une maison.
Au-delà de l'émotion, il y a aussi la révolte face à ce scandale du mal-logement. Comme le dit une des personnes qui a participé aux ateliers d'écriture : "Impossible d'imaginer qu'en 2011 des êtres humains vivent ou survivent dans telle ou telle condition
Avec mes salutations.
Philippe GREMAUD